Et si on se mettait à la toiture végétalisée ?

  • Posté le 22 octobre 2013 à 10 h 53 min

Pour allier esthétique, confort et développement durable chez soi, l’on peut s’y prendre tant au niveau des équipements dans l’intérieur qu’à l’extérieur. Le concept qui fait fureur ces dernières années est le toit végétalisé, également appelé  écotoit ou toit vert. C’est une manière d’apporter une touche d’exotisme à votre maison, tout en bénéficiant d’une agréable isolation thermique. C’est sans compter l’avantage apporté sur le plan environnemental.

 grass on the roof

Les avantages

Il s’agit de ce qu’appellent les scientifiques un PCVH ou Paroi Complexe Végétalisée Horizontale. Le toit est recouvert de végétation sur toute sa surface, reposant néanmoins sur un support en bois imputrescibles ou des bâches afin de protéger la vraie toiture contre l’agression de l’humidité permanente. Le tapis végétal peut être composé avec différentes plantes. Adopter ce type de toiture est très bénéfique pour l’environnement, dans un contexte où les gaz à effet de serre sont plus que jamais à craindre. En effet, il purifie l’air grâce à l’émission d’oxygène et à l’élimination des particules de pollution. On notera également son avantage dans le confort au quotidien, car le toit vert est un excellent isolant thermique et phonique. Les professionnels affirment que les maisons équipés de ces toits diminuent leur variation thermique de 40 % en toutes saisons. Il en résulte une économie sur la facture énergétique. Ajoutez à cela une grande facilité d’entretien.

Les types de toits végétalisés

La toiture végétale peut se présenter sous forme extensive. Il repose sur un concept de tapis végétal qui convient à une large gamme de matériau : toit en acier, en bois, en béton, etc. Pour le mettre en place, il faut utiliser des plantes de petites tailles et limiter l’épaisseur de la terre à six centimètres au maximum. Le verdissement de la toiture peut également être intensif, en optant pour des végétaux de grande taille posés dans de la terre à large épaisseur. Ce type demande un entretien plus élaboré et est surtout réservé aux professionnels. Enfin, il y a le type intermédiaire qui est le verdissement semi-intensif. On utilise dans ce cas des petites plantes associées à du gazon. L’entretien est simple. Enfin, avant de tenter la grande aventure de la végétalisation de toiture, veillez à vérifier que la législation de la ville l’autorise.

Laisser un commentaire